Efficacité (mieux pêcher)

Le poisson n'est pas au rendez vous que faire?

L'Allier vers sa source

L'accés très difficile aux berges du Tarn (Aveyron)

Commençons par le plus captivant soit, comment bien pêcher en mouche sèche dans nos rivières françaises. Je vous donne quelques astuces qui devrait logiquement et sans prétentions aucune vous faire monter d'un palier.

Le matériel: canne carbone de bonne qualité bien à votre main, essayez une 10 pieds capables de lancer une soie de 4 (moins visible et moins bruyante que ces consoeurs du degré supérieur). Cette soie devra être de bonne qualité, de couleurs non vives et synthétique, pourquoi pas une SF la plus simple et flottante car nous allons pêcher en sèche. Le bas de ligne en queue de rat bien équilibré (voir la rubrique concernée) au moins 6 mètres qui se terminera en 10 centièmes. Enfin la mouche essayons une "Peute" ou une "March Brown" en hameçon de 18.

moucheurs a l'affut et en attente

L'approcheil s'agit de passer inaperçu donc pas de fringues trop voyantes, pensez aussi à la position de votre canne(reflet). Le silence doit être total. Une fois positionné on ne bouge plus (surtout en wading) pendant un bon quart d'heure, on observe c'est tout. J'appelle cela faire le Héron. En aparté en observant vous aller découvrir des choses insoupçonnées.

La pêche: gobages ou pas choisissez l'endroit où poser votre mouche, pas en plein courant mais plutôt dans les bordures où le poisson ne va pas se fatiguer et se sent en sécurité, quelques mètres en amont (14 heures). Déployez votre ligne en silence le premier lancer va être capital. À vous de jouer. 

Nota: si un gobage survient, essayez d'identifier la mouche, installer l'identique, pas de précipitation attendez un moment le temps que le poisson se remette en position et essayez de lancer bien amont, la difficulté dans ce cas sera de choisir la bonne mouche.C'est tout l'art de la mouche.

Ombre attaque une nymphe

Et en nymphe? : pêche beaucoup plus efficace mais plus difficile compte tenu d'une vision presque nulle. 
Avec la même approche que ci-dessus mais avec un bas de ligne plongeant et selon les cas même la soie, l'idéal est d'avoir deux bobines interchangeables de son moulinet, une flottante, une plongeante). Pointe toujours en 10/100, préparez-vous à descendre encore (8/100) et à allonger au maximum (pointe entre 2 et 3 m) pas facile à lancer. Accrochez une micro-nymphe (18 ou 20) et lancez toujours délicatement en amont sur le poisson que vous avez repéré. La difficulté sera de faire couler et diriger votre micro-nymphe au plus près du poisson visé, pas au-dessus, ni a coté. Deux refus, changer de nymphe 
et attendez quelques minutes puis recommençer.

Nota: Pour ceux qui ont la vue faible servez-vous du toc, ramenez votre nymphe très doucement par tout petits à-coups et dès la sensation de la touche ferrez rapidement (ce qui ne veut pas dire brutalement).

Saumon de Bretagne

Et le saumon ?: on ne parlera ici que de la France et bien sur la côte atlantique et particulièrement la Bretagne. En premier lieu il est nécessaire de bien connaître leurs moeurs. Les saumons sont amphihalins c'est a dire qu'ils sont autant de mer que d'eau douce, comme par exemple l'anguille, le moucheur devra donc s'adapter a son cycle de reproduction en rivière. Attention les conditions de pêche à la mouche ont une réglementation particulière et stricte selon les départements et notamment les techniques autorisées et les dates d'ouvertures variables, souvent de mai à septembre. Ils se mouche avec des cannes plus grandes et un matériel adéquat sur des poissons pouvant atteindre 10 à 15 kilos (records 30 kg pour plus d'un mètre, 40). La technique souvent à 2 mains est fatigante mais quel plaisir de ferrer le roi "Salmo Salar". Les mouches à saumon sont particulières, toutes plongeantes, et plus proches de l'imitation d'un alevin ou d'une crevette (streamer, bombers). Connaître tous les types de saumon c'est dans la rubrique "Saumon".

Moucheurs en action dangereuse

À savoir: il va sans dire que chaque type de poissons a des habitudes différentes, l'ombre n'est pas violent comme la truite et bouge rarement de place, il est aussi plus sélectif sur les mouches et plus facile à approcher. Une truite de rivière sera plus sensible au moindre changement de son environnement. Approchez une fario est un défi d'indien. Quant au saumon c'est tout simplement un Bulldozer. 

N'ayant pas la science infuse cette approche perso de ma manière de pêcher peut vous paraître quelquefois étrange et est certainement sujet à polémique mais essayez vous verrez bien... Bonne chance.

PUB

banniere tripriders.org