Impondérables du moucheur

 Vaches et taureaux

Un troupeau de vaches en Ardéche

Les choses que le moucheur ne s'attend pas, ces choses la sont plus nombreuses qu'il n'y paraît et pas toujours agréable. Je peaufinerais cette rubrique au fur et à mesure de mes sorties. Le premier impondérable s'est produite dans l'Allier au sud de Langogne en juin 2021. Cherchant l'endroit idéal du moucheur je franchis la barrière de barbelés du champ bordant la rivière. Gobages incessants, je plante la première fario de 0.40 qui fait la une du camping les Cigales de l'Allier le soir même, sauf que... Au retour au moment de repasser les barbelés un taureau et son cheptel m'attendait ce dernier avec un regard méchant. Au bout de 30 minutes sans issue je me suis décidé à traverser la rivière, courante mais pas trop profonde ici, mais sans pantalon de pêche pour une fois. C'est trempé jusqu'à la ceinture que j'ai ramené ma truite pour le repas du soir sous le regard médusé puis émerveillé de ma femme. Le lendemain j'ai rencontré le propriétaire du troupeau qui m'a assuré qu'il n'y a pas que le taureau qui est dangereux, selon son humeur du moment, mais tout le troupeau et surtout quand les vaches ont des veaux elles peuvent charger. Voilà vous êtes prévenu si vous passez outre ne quittez jamais le troupeau de vue et surtout longez bien les clôtures.

Cheptel avec taureau en Lozére

Faut être courageux pour passer.

Belle fario ardéchoise

Ça valait le coup de prendre un risque.

taureau impressionnant dans un champ

Vu sous cet angle c'est impressionnant.

 J'ai essayé de pêcher en juillet août

baignade au milieu des pêcheurs

Où je mets ma mouche?

J'ai pris mon permis de pêche (100 €) dans les Sorgues dans l'espoir de tremper ma canne à mouche pendant les vacances. J'ai donc attaqué milieu Juillet en prenant un petit bungalow au camping de la Sorguette à 50 m des berges. Ce que je n'avais pas prévu c'est d'abord le monde fou au bord de l'eau, puis le nombre de baigneurs alors que la baignade est interdite ici? Mais c'était sans compter sur les canoës une véritable invasion jusqu'à 18 h. Pour couronner le tout des chiens qui font leurs besoins partout (je pensais que les maîtres devaient les ramasser) et quand il y a du monde il y a toujours beaucoup de déchets qui, malgré les poubelles sur place, sont abandonnés au bord de l'eau. L'attrait touristique du lieu associé au Covid 19 et malgré une police fluviale bien présente m'a empêcher de lancer ma mouche même le soir très tard. Dans un coin que je croyais connu de moi seul, à 9 h du soir je me suis retrouvé avec des jeunes au demeurant sympathiques, qui se lavaient dans le bras de cette rivière et préparaient un feu pour quelques brochettes. De plus il est bon de savoir qu'une seule truite est autorisée et aucun ombre commun mais c'est un autre sujet. La canicule a finie de m'achever et en désespoir de cause j'ai remballé mes cannes pour rentrer chez moi. En conclusion j'ai perdu une belle somme et on ne m'y reprendra plus. 

Saletés des bord de rivière

Soyez propre svp

La folie des canoës

La folie des canoës

Cane et canetons au bor de la Sorgue

A 6 h du mat une cane et ses canetons

_______________
 Les cormorans la plaies de nos rivières

Cormorans de riviéres

Leur nom veut dire corbeaux de mer, pourtant la où ils nous casse les pieds n'a rien a voir avec la mer. Ces grand oiseaux que l'on rencontraient rarement avant, pullulent de nos jours au point de devenir un véritable fléau. Pourquoi? La réponse est simple, un cormoran, espèce protégée, mange a lui seul un demi kilo de poissons par jour, tant qu'ils étaient une petite minorité moins de 1000 unités en 1970 en France le problème ne se posait pas, mais voila, actuellement leur nombre a explosé pour atteindre 100 000 individus actuellement. Ils sont donc aujourd'hui nombreux à se mettre à table dans les piscicultures, dans les rivières cours d'eau et fleuves. Avec comme résultat des dégâts irrémédiables pour la faune.

Cormorans de riviéres

J'ai assisté pour ma part a une invasion de Cormorans à la pisciculture Meyer de l'Isle sur la sorgue en 2021 en me baladant avec ma canne à mouche (malheureusement sans appareil photos ) et une attaque de plusieurs de ces bestioles sur le cour de la même rivière 10 ans auparavant décimant les derniers ombres commun de l'endroit en quelque heures. L'ombre commun est un poisson rare que les associations de pêche ont du mal a maintenir qui sont d'ailleurs en "no kill" partout où il est présent pour tous les pêcheurs. Alors pourquoi laisser faire ce bestiau sous le seul prétexte qu'il est protégé. L'Europe a autorisé depuis peu la chasse sous quota mais cela semble inefficace. Une autre idée est de s'attaquer au problème à la base en détruisant les œufs dans les nids. Les résultats sont peu encourageants. Affaire a suivre car en restant les bras croisés dans quelques années notre passe temps, qui concerne plus de 2 millions de pêcheurs, et malgré les "no kill", n'existera plus. Quand aux piscicultures n'en parlons même pas. On sera chacun chez soi devant BFM télé le cerveau javellisé par les pubs.

________________
 Souvenirs... du petit canard au championnat de France.

Pêche a la main
Même à la main la pêche était bonne avec mes nièces(1980).

Tout petit aux fêtes foraines pendant que tous les copains se la jouaient gros bras j'avais déjà une canne à pêche en main et essayait de chopper des canards synthétiques dans une mare de fête foraine. Quelques années après (8 -10 ans) j'étais sur les cascades de la Baïse entraînant avec moi mon petit frère. À l'époque je piquais le bambou refendu de mon père et avec seulement 2 plombs et un hameçon lesté d'un peu de vase de la cascade nous faisions une multitude de gardons. 

Canne a mouche Nive de Baïgorry

Canne Nive de Baïgorry 1975

Plus tard encore avec le premier lancer ultra-léger, équipé du fameux leurre finlandais Rapala, mes premiers gros brochets. Puis tout s'enchaîne début des années 70 mon beau-frère Christian me fait goûter à la mouche. Je suis conquis et achète ma première Conolon une Mitchell, suivit le jour de mon anniversaire (1976) par une des toutes première canne à mouche en carbone offerte par ma femme et achetée à Manufrance St Etienne. Il s'agissait d'une Nive de Baigorry artisanale (vendu plus tard au groupe Plateau) de 90 grammes. 

Patch des pêcheurs sportifs années 70

Le patch c'est défraîchi avec le temps

En 1977 tout jeune moucheur j'ai été embringué dans une doublette du championnat de France de pêche à la mouche dans l'Ain par mon beau-frère et mentor, Christian, moucheur émérite. Le résultat est plus qu'honorable 4e sur 110 doublettes. Du coup inscription au GPS de Lyon d'où j'ai passé des moments enchanteurs et instructifs, parrainé par Michel Henry et Roger Gentelet, désolé ce sont les deux seuls noms dont je me rappelle. Depuis et après avoir pêché dans un nombre incalculable de pays plus ou moins attirant j'ai posé mes cannes, mais pour combien de temps...

mini pêcheur en action

Mon petit fils pourtant je lui ai dit pas de rouge...

Il se peut que vous-même ayez été un redoutable moucheur il y a quelques années et que ces quelques lignes vous rappellent votre propre expérience avec un petit sourire. Les impondérables dans tout cela sont tout simplement une question d'époque. Le monde évolue et pas toujours dans le bon sens. Les réseaux sociaux dirigent tout, mais c'est un outils malsain car peu save s'en servir à bon escient. Ils rendent des comportements acceptables qui ne le seraient jamais dans la vie courante. En résumé le top de l'artificiel.

Moucheurs en maillot de bains

Pêche à la mouche en vacances (1978)

Une belle pêche en 1980

Une pêche pour le repas du soir (1980)

Moucheur dans l'herault en 1990

Moucheur en 1990 dans l'Hérault


A suivre...